• Auteurs en B

    Brasey Edouard
    - Traité de Vampirologie (Chronique en cours)

  • Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley


    Les dames du lac
    de Marion Zimmer Bradley

    Pygmalion
    430 pages

     

    La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure. Merlin l'Enchanteur, Arthur et son épée fabuleuse, Lancelot du lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents, mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, sœur et amante du grand roi... Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables : celui des druides et des anciennes croyances et celui de la nouvelle religion chrétienne qui supplante peu à peu les rites ancestraux de la Grande-Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre.

    Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley

     

    Les dames du lac n'est en fait que la première partie du livre en version originale The mists of Avalon. Heureusement, j'ai la deuxième partie à la maison, Les brumes d'Avalon, et je vais pouvoir m'y mettre bientôt car celui-ci se termine en plein milieu de l'histoire.

    Pour reprendre le résumé en une phrase : The mists of Avalon, c'est une réécriture des légendes Arthuriennes d'un point de vue féminin. Alors, qu'est ce que ça donne?

    Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette version de l'histoire. Le livre est très prenant, la psychologie des personnages féminins bien développée, et j'ai trouvé que l'idée de mettre les femmes en avant est très bien exploitée par l'auteur. Certes, ce ne sont pas elles qui partent au combat contre les saxons, ni qui entreprennent la fabuleuse quête d'Arthur et pourtant, elle tiennent le destin de ce grand roi, et de bien d'autres, entre leurs mains.

    Ce sont évidemment les femmes qui sont au cœur du roman. Vous suivrez les pas de Morgane, d'Ygerne, de Guenièvre et de Viviane. J'ai beaucoup apprécié cet aspect du livre, d'autant plus que je me suis beaucoup attachée à elles, sauf Guenièvre que j'ai trouvé affreusement mièvre. Même quand elle essaye de montrer de la détermination pour faire respecter ses idéaux, elle a réussi à m'exaspérer. En revanche, je me suis beaucoup attachée à Morgane qui apparait dans ce livre sous un autre jour. C'est d'ailleurs voulu par l'auteur car on la voit grandir, suivre son apprentissage difficile auprès des prêtresses d'Avalon, vivre son premier amour, etc.. C'est aussi le seul personnage qui parle à la première personne pour certains passages. A côté de ça, il faut dire que j'ai particulièrement aimé son caractère : elle est calme, intelligente et courageuse. Ygerne m'a agréablement surprise car j'ai été émue par son histoire puis frustrée qu'elle ne fasse pas plus d'apparitions dans la suite du livre. Quant à Viviane, malgré son attitude froide et impressionnante, on se rend compte que son statut de prêtresse D'Avalon lui a fait perdre beaucoup, ce qui la rend très "humaine".
    Les hommes, en plus d'être assez effacés, donnent le sentiment de se laisser guider par la volonté de toutes ces femmes. On a vraiment l’impression que ce sont elles qui tirent les ficelles de tous les évènements importants. Même Merlin, malgré sa sagesse, semble peu important par rapport à Viviane. Arthur se plie aux quatre volontés de sa femme, même si cela le conduit à sa perte. Le seul personnage qui semble n'en faire qu'à sa tête est Lancelot du lac, si on omet son amour pour Guenièvre.

    On retrouve les éléments classiques de la légende Arthurienne : Excalibur, Camelot, l'île d'Avalon... Marion Zimmer Bradley nous plonge dans  les légendes liées au monde des fées mais aussi dans les coutumes et les cultes des prêtresses d'Avalon. A côté de ça, le lecteur assiste à la montée du christianisme et son intransigeance envers toute autre croyance. Dans ce combat aussi les femmes tiennent une place primordiale car pour moi, Morgane représente les vieilles croyances, le culte de la déesse mère tandis que Guenièvre se place du côté du christianisme qu'elle défend avec la plus grande ferveur...ou impose devrais-je dire. Que ce soit à travers cette opposition religieuse, leur apparence physique, le fait qu'elles soient liées aux mêmes hommes, les deux femmes sont très antagonistes, ce qui leur rajoute une dimension très symbolique.

    La seule chose qui m'a gênée dans ce roman, c'est l'ambiance un peu étrange, voir malsaine de certaines scènes. Je ne vais pas en dire plus au risque de vous spoiler mais je pense que ceux qui ont lu le livre savent de quoi je parle.

    Pour moi, l'adaptation des légendes arthuriennes d'un point de vue feminin est réussie ! On s'attache beaucoup à ces femmes et c'est assez intéressant de découvrir l'histoire différement.

    Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley

     

     

     

    Je vous invite aussi à lire les chroniques de Perdre une plume, Dans ma bibliothèque, Les lectures de Mina, grignoteuse, Feathers Heaven et Le bazar de la littérature.


    Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique